Service de recouvrement de dettes

En Belgique, entre sociétés privées, une facture sur trois est payée en retard. Ce phénomène endémique est à l’origine de nombreuses faillites : une sur quatre selon le bureau d’études Graydon. Que ce soit avec ou sans l’aide d’un service de recouvrement de dettes, il existe des mesures de prévention efficace pour lutter contre les défauts de paiements.

Avant d’en arriver là

La première étape est d’identifier vos partenaires commerciaux pour vérifier et confirmer leur existence auprès des organismes publics :

  • S’il s’agit d’une personne morale ayant un siège en Belgique, vous pouvez consulter la Banque-Carrefour des Entreprises – BCE – qui vous délivrera l’adresse du siège social, la forme juridique et le numéro d’enregistrement de l’entreprise.
    Les annexes du Moniteur Belge pourront également vous aider à collecter des informations. Enfin, des sociétés privées éditent des bases de données qui pourront se révéler utile.
  • S’il s’agit d’une personne physique, vous pourrez consulter le Registre national des personnes physiques pour obtenir son identification et ses données personnelles. Mais l’accès à ce document est limité aux auxiliaires de justice.

La collecte des informations est trop souvent négligée par les entreprises : elles découvrent trop tard que leur partenaire est déjà financièrement incapable d’honorer ses engagements et le recours au service de recouvrement de dettes est alors inévitable.
La deuxième étape est d’évaluer la santé financière de vos partenaires par un travail de recherche pour repérer les indices alarmants : les comptes annuels et les registres des administrations du cadastre, de l’enregistrement et des domaines sont autant d’éléments qui permettent d’avoir une idée plus précise de la situation de vos partenaires. Cependant, il s’agit d’informations difficiles à trouver et concernant certaines professions libérales, elles sont plutôt malvenues. Dans ce cas, observez la prudence et demandez des paiements provisionnels avant de réaliser la prestation pour éviter le recours plus tard, à un service de recouvrement de dettes.

Anticipez les besoins d’un service de recouvrement de dettes

Les garanties ou sûretés sont des éléments qui se trouvent dans le contrat commercial : cautions, cession de rémunération, clause de réserve de propriété, etc. Grâce aux informations collectées sur vos partenaires, vous pourrez choisir le type de sureté qu’il faut prévoir et vous prémunir des besoins d’un service de recouvrement de dettes ultérieurement.
Mais sachez que dans la majorité des cas, les entreprises n’ont pas de clauses valables pour optimiser la récupération d’impayé : soit elles sont inexistantes, soit elles sont imprécises, soit elles sont incomplètes.

Optimisez le recouvrement

La stratégie efficace pour toutes entreprises en situation délicate de défauts de paiements est d’agir dans un minimum de temps et d’argent. Toutes les mesures recensées précédemment ont pour but de se prémunir face à ce fléau grandissant.
Muni des informations récoltées sur vos partenaires, vous pouvez décider des types de suretés à prévoir dans vos contrats voire même refuser une collaboration jugeant qu’elle comporte trop de risques. Le chef d’entreprise ne doit pas perdre de vue le montant en jeu : aussi faut-il qu’il se renseigne également sur les coûts d’une procédure auprès d’un service de recouvrement de dettes : demandez un devis !
Au-delà du côté prix, le chef d’établissements doit également être attentif aux délais de prescription qui changent selon le type de créance. Schématiquement, les délais sont longs – entre 10 ou 5 ans – ; par conséquent, ce sont plutôt les délais particuliers dont il faut se méfier, car ils peuvent être seulement de 6 mois.

Informations, garanties et stratégie coût / temps sont des éléments à considérer avant le début de chaque collaboration pour éviter tout recours à un service de recouvrement de dettes.

Les méthodes Tags : , .

Comments are closed.